Retour sur les Etats généraux de la déficience intellectuelle

Les 11 et 12 janvier 2018, la filière nationale de santé DéfiScience et ses partenaires, dont l’Unapei, organisaient à la Maison de l’Unesco à Paris deux journées d’échanges et de réflexion inédites autour de la déficience intellectuelle.
1000 participants – parents, professionnels – y assistaient dont près de 250 professionnels de l’accompagnement et du soin, de familles, d’élus membres du réseau Unapei.

Ces États Généraux ont été l’occasion d’ouvrir, tous ensemble, professionnels de l’accompagnement et du soin, personnes concernées, familles, élus, chercheurs, institutionnels, de nouvelles perspectives fondées sur les enseignements de l’expertise collective de l’Inserm «Déficiences Intellectuelles » et leurs modalités de mise en oeuvre en territoires.

50 experts mobilisés
Au programme : diagnostic, compétences et fragilités, autodétermination, formation, accès à l’emploi, santé et soins. Cinquante experts, personnes avec déficience intellectuelle, familles, chercheurs, professionnels du sanitaire et du médico-social, ont abordé ces sujets majeurs. Grâce aux plateaux interactifs, les participants ont pu partager leurs connaissances et leurs expériences, échanger et débattre pour décloisonner les pratiques. L’occasion leur a aussi été donnée de présenter les initiatives innovantes généralisables.

À la suite de ce grand rendez-vous, dix propositions concrètes et constructives ont été formalisées. Elles s’adressent au gouvernement dans le but d’amorcer un plan d’action ambitieux.

Sept axes
1. Mieux repérer pour intervenir précocement.
2. Accéder à des évaluations des forces et des faiblesses multidimensionnelles, à partir d’un référentiel commun et d’outils adaptés.
3. Déployer sur tout le territoire un accès égal au diagnostic et mieux connaitre et intégrer dans les pratiques les spécificités de certains symptômes.
4. Développer les capacités de la personne à tous les âges de la vie.
5. Accompagner les personnes dans le développement du pouvoir d’agir.
6. Apporter aux familles un soutien valorisant leurs compétences.
7. Améliorer l’accès aux diagnostics et aux soins somatiques et psychiques.

Trois socles
1. Refondre et décloisonner les formations.
2. Créer partout des centres de ressources régionaux troubles intellectuels ou troubles du neurodéveloppement.
3. Mettre en œuvre un grand programme de recherche sur la déficience intellectuelle.

Téléchargez le Programme               Voir l’article de l’Unapei